Bye David!


Vous avez appris que le père David n’est plus le curé de Sainte Blandine. Cette situation pour le moins inattendue vous a sans doute surpris(e). La raison en est simple : il a semblé à David, au Cardinal, ainsi qu’à ses plus proches amis sur la paroisse qu’il devait se donner un temps de retrait en vue d’un discernement profond et sérieux sur sa vie, ainsi qu’il a écrit aux paroissiens de Sainte Blandine ce dimanche 19 février 2017 dans une longue lettre : « Il y a quelques temps, j’ai commencé à construire une relation avec une femme avec laquelle je pense que Dieu m’appelle à vivre. J’ai souhaité être en vérité avec l’Eglise en disant ma joie d’être prêtre et mon désir de me marier. »
La vie du prêtre est une vie de mission, de passion dont le moteur essentiel est l’amour fraternel universel, une disponibilité affectueuse ouverte qui se donne à tous sans se fixer sur personne en particulier. Le célibat des prêtres est un moyen riche en grâces, historiquement déterminant, pour vivre cet amour. Il n’en reste pas moins un combat, on pourrait dire un pari, non pas de chaque jour mais au moins en chaque période de vie. David aujourd’hui en est là.
Nous prions avec lui et pour lui, sûrs que Dieu l’accompagne et l’éclaire dans sa réflexion, sa relecture de vie et les choix qui s’ouvrent à lui. Il a été pour beaucoup, pour tous sans doute, tout à tour, le compagnon de route, l’ami, l’accompagnateur, l’éveilleur, le bousculeur, en un mot le curé. Son départ trouble chacun d’entre nous. La situation actuelle de David n’est pourtant pas un inédit ; il y en a eu d’autres et ce n’est pas non plus la dernière fois. Ce n’est encore moins un Gréagate. C’est tout simplement une épreuve pour nous et pour lui un nouveau chemin. Rien d’extraordinaire : il suffit de lire la Bible sur quelques pages seulement pour tomber sur une épreuve, signe que le Salut que Dieu nous donne passe toujours par ce genre de moment.
Ce moment de crise va nous permettre à tous dans la paroisse Lyon Centre Sainte Blandine de nous rebrancher sur le Seigneur, de nous redire que lorsque le prêtre célèbre, c’est le Christ qui nous nourrit, que lorsque nous œuvrons dans la paroisse, dans l’Eglise, pour « rendre service au curé » ou à telle ou telle personne, nous répondons plus fondamentalement à l’appel de Dieu. Cette crise est une chance, la chance de faire l’expérience de la conduite de l’Esprit Saint. Nous allons vivre cela ensemble.
Ce que notre histoire ne dit pas encore- mais ça ne saurait tarder- c’est bien à quel esprit nous allons être attentifs ? Sera-ce un esprit de désolation, de désespérance, de désunion, ou bien un esprit de confiance, d’unité, de mission ? Tout ce qui a été vécu depuis plusieurs années à Lyon Centre me donne la quasi-certitude que nous allons empoigner le meilleur, parce que notre foi est vive et vraie.
Permettez-moi pour finir un mot plus personnel encore. Je suis venu au service de Lyon Centre- Sainte Blandine, appelé à la fois par mon ministère d’aumônier de la catho voisine et par mon amitié avec David. Cette amitié remonte à plus de 25 ans, quand nous avons commencé, le même jour, alors que nous étions encore de jeunes étudiants, lui à Lyon et moi à Montpellier, à nous former pour devenir plus tard prêtres. J’ai pour David un attachement profond que la situation actuelle me rend particulièrement douloureux. Je connais les grandes qualités de David et ses défauts. Je n’ai pas les mêmes ; nul ne peut donc espérer ou souhaiter que je le remplace. Je suis avec l’équipe vision, au service de tous ; j’essaierai de répondre à la mission que l’Eglise me confiera. Pour autant, ma vie était déjà bien pleine, habitée en particulier par la vie de ma communauté religieuse assomptionniste dont je suis le supérieur. Cela me donne une force et une assise que je ne boude pas en ces jours de roulis et de tangage. J’aime mes frères de communauté, j’aime ma vie religieuse ; chacun comprendra donc que mon service à Sainte Blandine sera resserré sur l’ESSENTIEL : l’unité de la paroisse, les célébrations et la préparation aux sacrements. Le reste sera pris en charge à 100% par les fidèles de la paroisse. Nous allons tous être émerveillés des prodiges de Dieu dans les semaines à venir, j’en suis certain.
Vous pouvez compter sur ma prière de frère dans le Christ.

 P.Arnaud Alibert, aa

Posts les plus consultés de ce blog

Post à David

Mariage d'Alexia et Jean-Christophe

Que votre cœur ne se trouble pas ! (Jn 14,1)